La coordination du Handi-Pacte a rencontré Fabrice Geurts lors d’un rendez-vous dans le cadre des travaux du Handi-Pacte Bourgogne-Franche-Comté. L’occasion pour nous de lui poser quelques questions sur ses missions au sein du FIPHFP.

Monsieur Geurts, vous êtes depuis le 1er septembre 2019, le délégué territorial handicap (DTH) du FIPHFP Bourgogne-Franche-Comté, pouvez-vous vous présentez en quelques mots et nous expliquer comment vous êtes arrivés sur ce poste de DTH ?

Collaborateur de la Caisse des dépôts (le FIPHFP s’appuie sur la Caisse des dépôts pour sa gestion, y compris pour sa représentation en région), j’ai une assez bonne expérience en matière de montage de projet, de mobilisation d’acteurs d’horizon différents, autour d’objectifs commun au service de l’intérêt général. J’ai ainsi beaucoup travaillé dans le domaine du logement social. Mon activité précédente était centrée sur l’accompagnement des employeurs publics souhaitant renouveler ou engager un dispositif conventionnel avec le FIPHFP. Je suis fier de pouvoir porter ses valeurs et ses démarches au plus près du terrain.

Comment définiriez-vous le rôle de délégué territorial au handicap et votre rôle vis-à-vis des employeurs publics ?

Le délégué territorial au handicap est au service des employeurs, et donc au service de leurs agents. Par son ancrage territorial, il doit répondre à la nécessité d’une présence renforcée du fonds sur l’ensemble des territoires, aux côtés des représentants de l’État, et au nom de l’intérêt général.

Faciliter l’accès à l’information sur les possibilités d’interventions du FIPHFP, mettre en relation les différents acteurs locaux qui agissent pour le maintien et l’insertion des personnes en situation de handicap, accompagner la stratégie des employeurs publics, voilà autant d’exemples de champs d’action pour le DTH.

Enfin, le DTH doit s’assurer de l’effectivité et de l’efficacité des actions sur le terrain (c’est autant le DTH que l’ex-auditeur qualité qui parle) afin de contribuer à leur amélioration dans la durée (encouragement au développement de l’apprentissage dans la Fonction publique, reclassement, management, qualification des acteurs, mise en réseau et mutualisation doivent permettre d’obtenir des résultats mesurables sur le terrain).

Quel regard portez-vous sur le dispositif Handi-Pacte ? A vos yeux, quels sont les enjeux de ce dispositif ?

Le Handi-pacte constitue un dispositif de proximité, au service des employeurs publics de la région. Il répond à un besoin primordial pour les acteurs locaux de se connaître, d’échanger, de capitaliser des bonnes pratiques, et parfois aussi de rompre l’isolement que peuvent ressentir certains d’entre-eux.

Le Handi-Pacte participe ainsi grandement à la montée en compétences des professionnels, dont la reconnaissance au sein de leur propre organisation, mais aussi vis-à-vis des partenaires, dépend pour partie.

Le Handi-Pacte est enfin une opportunité pour fédérer les énergies, et permettre aux professionnels de créer des liens au-delà des habitudes et des organisations. Confronter les points de vue d’horizons différents, c’est s’autoriser aussi à raisonner autrement, et donc faciliter l’innovation.

À l’occasion de cette prise de poste, quel(s) message(s) auriez-vous envie de faire passer aux employeurs ?

Dans un contexte dense de réformes (Fonction Publique, formation en alternance...), le FIPHFP demeure et demeurera au service des employeurs publics, et les accompagnera pour répondre au mieux aux évolutions qu’elles impliquent en matière de politique handicap.

L’enjeu est de pouvoir raisonner autrement, pour faire évoluer les dispositifs existants en les articulant mieux, en les centrant encore d’avantage sur l’employeur et sur les bénéficiaires de l’obligation d’emploi. Il faut ainsi répondre toujours mieux aux besoins des employeurs pour leur permettre de respecter leurs obligations légales, mais aussi leurs engagements sociétaux.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.